Lundi 12 juin 2017 à Bordeaux : le Comité régional des acteurs de la Transition énergétique et du Climat s’est réuni

Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, et Françoise Coutant, vice-présidente déléguée à la Transition énergétique, ont réuni pour la deuxième fois le Comité régional des acteurs de la Transition énergétique et du Climat, lundi 12 juin 2017 à Bordeaux.

Pour rappel, la Région Nouvelle-Aquitaine a lancé en décembre dernier, le 1er Comité régional des acteurs de la transition énergétique et du Climat, instance de mobilisation et d’orientation stratégique qui avait mobilisé 123 organisations publiques et privées avec 170 participants. L’objectif : partager, motiver par les échanges, innover et développer par la diversité de ses membres l’exemplarité de la transition énergétique et de l’adaptation au climat en Nouvelle-Aquitaine.

Pour une vision partagée des défis de l’énergie et du climat en région.
Il y a 10 jours, après un G7 qui ne fera pas date, Donald Trump annonçait que les Etats-Unis d’Amérique quittaient l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Une fâcheuse décision qui n’est pas une surprise. Dans le même temps, la Chine, L’Europe, la France, … les 194 autres pays signataires de l’Accord réaffirmaient leur engagement dans cet indispensable élan de responsabilité et de solidarité internationale pour préserver le climat de la Terre (notre unique planète, sans plan B). L’objectif est de contenir le réchauffement climatique à 2°, voire 1,5° à l’horizon 2100.

Décarboner l’économie, diminuer drastiquement l’empreinte carbone, réduire les émissions de gaz à effet de serre est donc possible. C’est pour aujourd’hui et demain, une obligation sociale et sanitaire pour les populations de l’ensemble du globe, une nécessité pour préserver les ressources naturelles dont l’homme tire ses richesses. C’est aussi une formidable opportunité économique pour un développement enfin durable de nos sociétés. C’est pour cela qu’Alain Rousset et Françoise Coutant ont annoncé que la Région veut s’engager dans une « Stratégie Nouvelle-Aquitaine bas carbone ».
Décarboner l’économie, permettra également de consolider l’excédent commercial de la Nouvelle-Aquitaine, de créer des emplois non-délocalisables par la multiplicité des énergies renouvelables produites et consommées sur place et enfin d’éco-innover.

Qu’est le COnseil Permanent de la Transition Énergétique et du Climat (COPTEC) ?
Le Conseil permanent de la transition énergétique et du climat, créé le 27 mai 2016, est constitué d’une gouvernance associant les acteurs privés et publics de la Nouvelle-Aquitaine : Le Comité régional des acteurs.
Celui-ci est un espace de gouvernance associant largement les acteurs de la société civile et les collectivités infrarégionales. C’est un lieu d’échanges, de partages et d’élaboration de propositions par les acteurs locaux. Il enrichit, par ses contributions, les réflexions et les travaux du Conseil régional. Il rassemble plus de 430 organisations

Ainsi, l’ensemble des acteurs socio-économiques est associé et participe aux objectifs 2021, fixés par la Région, en matière de transition énergétique et d’adaptation au climat pour les territoires de Nouvelle-Aquitaine :
-Une réduction de 30 % des émissions de GES ;
-Une réduction de 30 % des consommations d’énergie ;
-Une part de 32 % de la production d’énergies renouvelables par rapport à la consommation régionale ;
-Un développement de l’emploi et des formations adaptées aux enjeux énergétiques et climatiques ;
-Des activités économiques « dé-carbonées » portées par la recherche/développement et l’innovation ;
– Une réponse aux changements climatiques par des politiques sectorielles et territoriales actives d’adaptation ou l’innovation et un développement économique durable trouve toute sa place.nnovation).

Le but peut être, ainsi, résumé : créer de nouvelles richesses locales climato-compatibles, stopper la précarité énergétique (entreprises et particuliers) et agir territorialement, avec l’ensemble des acteurs privés et publics sur le changement climatique (atténuation et adaptation).

Les actions en cours de la Région
Depuis le premier Comité, la Région a engagé, elle-même, un nombre important d’actions ou décidé d’un soutien à de multiples réalisations portées par des entreprises, des collectivités locales et des associations.

Quelques illustrations marquantes, représentatives ou génératrices de nouvelles dynamiques :
. Un budget 2017 de 385 M€ pour les transports et la mobilité : TER, infrastructures ferroviaires, remplacement du matériel roulant (achat de 61 rames), … ;
. L’aide à l’accompagnement des rénovations énergétiques (1500 diagnostics en 2017/2018) pour 1 million d’euros. Le renforcement des capacités d’action d’ARTEE pour mettre en œuvre le tiers financement avec une participation supplémentaire de la Région de 600 000 € minimum au capital, l’extension du dispositif Rénoaqt pour les logements sociaux des petites communes, …;
. Le lancement d’un AMI régional pour construire, sous pilotage d’ARTEE et avec les réseaux bancaires, des offres mieux adaptées aux particuliers pour le financement leurs travaux de rénovation énergétique ;
. Le renforcement de l’implantation locale des Espaces Info-Energie (52 conseillers pour 33 structures actuellement), un meilleur maillage et taux d’utilisation des plateformes Praxibat pour la formation des professionnels du bâtiment, … ;
. La sélection de 12 nouveaux territoires TEPOS s’ajoutant aux 12 existants, la Région ayant reçu plus de 30 candidatures ;
. L’organisation le 29 mars dernier de l’Atelier des solutions : « Projets citoyens et participatifs pour le développement des énergies renouvelables » réunissant 130 participants à Angoulême. Leurs réflexions ont nourri une délibération de la Région qui sera présentée à la séance plénière du 26 juin, avec un nouveau dispositif d’aide aux énergies renevoulables impliquant les habitants ;
. Le premier partenariat pluriannuel entre la Région et les 13 syndicats départementaux d’électricité et d’énergie de Nouvelle-Aquitaine pour bénéficier au mieux des opportunités offertes par la loi de transition énergétique pour la territorialisation de l’énergie;
. L’ouverture, jusqu’en décembre 2017, d’un appel à projets « innovation » dans le développement des énergies marines pour diversifier, sous le signe de la croissance bleue, le mix énergétique ;
. Le premier contrat d’efficacité énergétique pluriannuel avec l’une des 10 industries les plus consommatrices d’énergie de la Région : TEMBEC spécialisé dans la cellulose ;
. Le soutien d’envergure à l’agriculture biologique (pratiques culturales et agro-écologiques favorisant le stockage du carbone dans les sols, absence d’intrants de synthèse d’origine pétrochimique, valorisation locale des productions en circuits courts, …) : plantation de 38 nouveaux hectares de vergers (noyers et pommiers) pour un montant de 38 000 euros, redéploiement de 19 millions du FEADER pour l’Agriculture bio (conversion et maintien pour les exploitations agricoles sur 5 ans) et de 9 millions pour la Région, un plan régional Ambition bio adopté dévoilé à la séance plénière de juin 2017 ;
. La recherche de l’exemplarité, pour réduire l’empreinte carbone, avec le développement du télétravail pour 110 agents de l’administration régionale avec un objectif de 260 en 2020 ;
. L’adoption, fin 2017, par l’assemblée régionale du Schéma régional des achats socialement et écologiquement responsables, pour que la Région soit exemplaire en matière de commande publique et que cette volonté du « mieux disant » soit partagée avec les autres collectivités territoriales de Nouvelle-Aquitaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *