Pourquoi choisir une croisière en Arctique ?

À l’heure où nous sommes encore nombreux à nous ruer au soleil durant le moindre congé, certains choisissent de tourner le dos aux plages et à la mer pour vivre une expérience inédite et forte : une croisière dans le Grand Nord. Plusieurs raisons nous poussent en effet à troquer le paréo et le maillot de bain pour la doudoune et le bonnet.

Envie de solitude. Besoin de changement ou recherche de sensations fortes en font bien sur partie. Parmi toutes les raisons possibles, nous en avons choisi trois qui parlent d’elles-mêmes. Elles montrent bien que notre vision du tourisme a considérablement évolué des dernières années.

C’est encore un lieu authentique, non perverti par le tourisme de masse

Tenter l’aventure d’une croisiere spitzberg, c’est choisir l’authenticité. Dans ces régions froides ou la vie est dure, l’empreinte insidieuse du tourisme n’a pas encore frappé. Pas d’étalage de souvenirs ni de cartes postales, pas de parkings payants et de panneaux indiquant les prochaines festivités. Vous pouvez encore entrer dans un bâtiment sans vous acquitter d’un tarif d’entrée.

Que ce soit en bateau ou à terre, l’économie de masse et la mondialisation semble ne pas avoir encore de prise en Arctique. La nature y est partout palpable, et c’est encore elle qui règne sans partage. On apprécie de ne pas se retrouver dans des files d’attente, de ne pas tous voir les mêmes choses, car elles sont présentes dans tous les guides de voyage. En un mot : le choix.

En faisant le tour des îles, d’anciens ports à l’abandon témoignent d’un passé où l’on chassait ces grands cétacés. Les villages, clairsemés et colorés, tranchent avec le blanc de la neige et le gris de la montagne. Les clichés sont saisissants et les contrastes incroyables.

Opter pour l’Arctique, c’est sortir des sentiers balisés et vivre avant tout une grande aventure.

D’ici quelques décennies, ce ne sera plus possible

Alors que l’on parle de changement climatique mondial incontrôlable, le destin des terres glacées ne se compte plus qu’en décennies. Mettre le cap plein nord au cours d’une croisierespitzberg est un privilège qui est amené à devenir de plus en plus rare à mesure que les températures moyennes vont s’accroître.

Bien sûr, la navigation sera toujours possible, mais la destination aura perdu de son charme. Aujourd’hui, le Spitzberg est connu pour être le royaume des ours polaires, des baleines et des renards des neiges. Qui peut dire si ces richesses naturelles seront encore présentes dans seulement quinze ans ?

Les glaciers reculent, les eaux se réchauffent, la faune et la flore doivent s’adapter trop rapidement ou disparaître. Les habitants, tournés vers la pêche qui les fait vivre, devront partir faute de poisson, ou changer leurs modes de vie ancestraux.

Être encore les témoins de l’époque où l’on pouvait arpenter les terres des îles du Nord, et pouvoir raconter avec émotion les rencontres que l’on a fait, les surprises aperçues au détour d’un fjord, n’a pas de prix.

Ce n’est pas une simple croisière

En dépit de ce que l’on imagine, une croisière en Arctique n’est pas une simple promenade en bateau dans des étendues gelées. Même si cette activité en soi est déjà une chance et que nombreux sont les personnes qui s’en satisfassent. De nombreuses activités annexes sont possibles et adaptées à tous.

Descendre dans un village pour se mêler un temps à la population. Déguster un plat local en écoutant des récits de pêche. Faire une randonnée avec un photographe professionnel pour immortaliser les glaciers et les pics enneigés, visiter l’Isfjord en voilier ou encore se rendre la cité minière russe de Barensburg et plonger dans l’époque des prospections de l’impossible. Autant de cadres uniques qui sont proposés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *