Tout le monde peut être victime de violence conjugale

La violence conjugale est un comportement abusif persistant et intentionnel qui repose sur une position inégale de pouvoir et de contrôle. La violence conjugale peut inclure une gamme de comportements utilisés par une personne pour en contrôler une autre avec laquelle elle a ou a eu une relation proche ou familiale.

La violence conjugale prend de nombreuses formes, physique, psychologique, économique, sexuelle et affective et peut souvent être une combinaison de plusieurs de ces formes. Cela inclut des formes de comportement violent comme: agression physique, abus sexuel, viol, menaces et intimidation, harcèlement, comportement humiliant et contrôlant, rétention de fonds, manipulation économique, privation, isolement etc. La violence conjugale est un élément du problème général de la violence à l’égard des femmes, qui comprend, entre autres, le meurtre, le viol, l’agression sexuelle, la traite, le harcèlement sexuel.

Avez-vous vu cela : 10 pays ayant le plus de ressources naturelles

La violence conjugale se produit souvent sur une période de temps. Les victimes de violence conjugalevont vivre diverses émotions, notamment la peur, la réticence, l’incertitude, l’inquiétude et le stress.

Qui peut être victime de violence conjugale?

Tout le monde peut être victime de violence conjugale. La violence conjugaletouche tous les groupes de la société, indépendamment de leur âge, sexe, race, religion, sexualité, richesse ou géographie. La majorité des victimes sont des femmes et des enfants, bien que des recherches mettent en évidence la prévalence et le contexte des victimes masculines de la violence conjugale.

Avez-vous vu cela : Envie de changement professionnel ? Comment bien préparer sa rentrée !

Les hommes peuvent-ils être victimes de violence conjugale?

Bien que la recherche et les statistiques reconnaissent et documentent que la majorité de la violence conjugale est perpétrée par des hommes contre des femmes, il est également reconnu et de plus en plus évident que les hommes peuvent être victimes de violence de la part de leurs partenaires et dans les relations homosexuelles. Il peut être extrêmement difficile pour les hommes de reconnaître qu’ils sont victimes de violence conjugale et la stigmatisation et la honte attachées à ce problème peuvent constituer un obstacle énorme pour obtenir un soutien.

Les femmes peuvent-elles être les auteurs de violence conjugale?

Les recherches et les statistiques montrent que dans la majorité des cas, les hommes commettent des violences contre les femmes. La violence conjugaleà ses origines dans le pouvoir et le contrôle et est liée aux questions d’égalité et de genre. Des traditions et des valeurs sociales profondément enracinées peuvent contribuer à l’existence de conceptions patriarcales incitant les hommes à croire qu’ils ont le droit d’exercer un pouvoir et un contrôle sur leur partenaire.

Qu’est-ce qui cause la violence conjugale?

La violence conjugale est profondément enracinée dans des questions de pouvoir, de contrôle et d’inégalité. Il existe de nombreux  mythes et réalités sur la violence conjugale entourant la violence, notamment:

  • abus d’alcool ou de drogue
  • maladie mentale
  • expériences antérieures de violence ou d’abus

La réalité est cependant que cela est causé par un détournement de pouvoir par une personne (généralement un homme) au détriment d’une autre. Le comportement est toujours un choix et les auteurs de violences conjugales le font pour obtenir ce qu’ils veulent et en prendre le contrôle.

Quelle est la fréquence de la violence conjugale ?

Des recherches ont montré qu’environ une femme sur trois est victime de violence conjugale. C’est donc très courant.

Quelle aide est disponible?

Toute personne a le droit de vivre une vie sans violence. Il est important de se rappeler que de l’aide est à portée de main. Si vous ou une de vos connaissances êtes victime de violence domestique, elle peut obtenir de l’aide. Vous pouvez par exemple contacter le centre d’Accueil en Urgence des Victimes d’Agressions qui va prendre en charge le soin et l’assistance sociale de la victime. Ce centre est dirigé par le professeur Sophie Gromb-Monnoyeur une expérimenté dans le domaine de la médecine légale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.