Guide pratique pour vapoter au travail

Une loi récente mise en vigueur le 01 octobre 2017 stipule que le vapotage est désormais interdit au travail. Un nombre illimité d’individus souhaitent toutefois s’adonner à leur anti-stress favori en heure de bureau : la cigarette électronique. Des conditions peuvent cependant aider ceux en quête d’une dose de nicotine en entreprise à éviter les peines et autres charges liées à cette nouvelle restriction.

C’est donc dans l’optique de mettre à la connaissance des individus actifs désirant vapoter que nous avons décidé de réaliser ce guide qui leur permettra d’assouvir leur besoin en nicotine même au travail.

A lire également : Comment déménager un piano ?

Le vapotage toléré sous certaines conditions

Désormais la consommation de la cigarette électronique est soumise à des restrictions au sein des entreprises. Toutefois, la réponse à des conditions strictes peut aider ceux qui désirent s’adonner au vapotage en heure de bureau, à savoir :

A lire en complément : L’UNIVERS LALIQUE France :

S’enfermer sein d’un bureau individuel fermé

Si l’utilisateur dispose d’un bureau individuel fermé cela se tournera à son propre avantage puisqu’ il pourra consommer sa cigarette électronique à toute heure selon ses envies. Tous les espaces partagés au sein des bureaux sont interdits à la consommation de cigarettes électroniques (salle de réunion, salle d’attente, toilettes, …). De plus, si le règlement en vigueur de l’entreprise interdit à tous les employés de s’adonner au vapotage au sein des locaux que ce soit sur les espaces partagés ou non, ce dernier sera mis en vigueur et prendra le pas sur la législation.

Les travailleurs des locaux publics

Contrairement aux idées reçues, les employés pratiquants des métiers au sein des lieux publics (restaurants, hôtels, bars, stades, centres commerciaux, administrations publiques, …) peuvent encore vapoter en toute légalité en heure de bureau sans avoir à s’enfermer dans un bureau particulier et fermé.

Jusqu’ ici aucune étude n’a pu en effet démontrer les méfaits de la cigarette électronique sur la santé des individus se présentant aux alentours des consommateurs, la tolérance étant encore élevée. Peu importe les composants de l’e-cig choisi : avec ou sans la présence de nicotines, la saveur de l’e-liquide qui est réellement variée comme ceux visibles sur https://www.vapoclope.fr/368-arome-e-liquide, le taux de PG et VG, etc …  le consommateur pourra toujours s’adonner au vapotage dans son lieu de travail.

Les sanctions pouvant avoir lieu

Les sanctions peuvent non seulement incomber à l’employeur mais aussi à l’employé qui réalise une infraction aux règles en vigueur dans son entreprise d’accueil.

La mise en place des panneaux signalétiques par l’employeur

Pour que la consommation de la cigarette électronique au sein d’une entreprise soit réellement effective, les employeurs devront mettre en place des panneaux signalétiques indiquant l’interdiction de vapotage au sein des espaces partagés ou à l’entrée des bureaux si l’usage de ce nouveau type de cigarette est défendu sur l’ensemble de tous les locaux. Si l’employeur émet ce paramètre très important pour la mise en vigueur de la législation au sein de l’entreprise, il devra payer une amende allant de 68 à 450 euros.

Dérogation à la loi ou le règles en vigueur

Si malheureusement le consommateur exerce son métier au sein de local non publics, il devra pour n’importe quelles raisons éviter la prise de la cigarette électronique au sein de l’entreprise pour éviter toutes sanctions. En cas d’infraction à la règle, le travailleur pourra soit payer une amende d’une valeur de 35 à 150 euros si la violation a été constatée par un inspecteur de travail ou la police judiciaire, soit être soumis à des punitions infligées par les responsables au sein de l’entreprise (blâme, avertissement, rétrogradation, mis à pied, mutation, licenciement ….).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.